Message from the President

 

Dr. Tina Fetner, McMaster University

(2019-2020)

 

I write with well wishes as we head into summer, the season of sunshine, fresh air, and ambitious writing goals. I hope that we can all complete at least half of what we set out to do over the next two months before another academic year sweeps into action, while setting some time aside for rest and reflection.

Our 2019 annual conference was by any measure a great success. We hosted 817 registered attendees, 45% of whom are students. We came together to learn, to share our research, and to make connections with our colleagues. The natural beauty of the UBC campus was accentuated by excellent weather, and it was the perfect setting for an academic meeting.

And yet, the Congress was marred by an episode of anti-Black racism, as I mentioned in my previous letter to members. Of course, this is not an isolated event. Sociologists have played a key role in connecting incidents like this to larger patterns of social inequalities. We have established the theoretical framework and compiled a strong body of empirical evidence that makes clear that the social organization of the colonial state, our legal system, and our institutions and organizations enforce overlapping hierarchies of race, gender, class, sexuality, age and ability, among others. The intersecting inequalities that are produced by these hierarchies position individuals into social locations that make them vulnerable to particular kinds of patterned social exclusions, disciplinary control, and violence.

While these hierarchies exist in various forms in all social settings, in the contemporary social order here in Canada, young Black men are one group that is disproportionately vulnerable to state violence. So as sociologists, we place the incident at Congress as part of this larger pattern of social inequality that is at once pervasively ordering our lives and also being actively reproduced by our own actions.

So, what can the CSA do to move forward in a way that disrupts the systematic reproduction of anti-Black racism? What can we do to decolonize our organization and our discipline, which has for its entire history rested upon a colonial social order? What interventions can we establish to produce a conference in which women are free from sexual harassment? Or where ability does not determine access and inclusion? In speaking with the CSA’s Executive Committee at the end of this year’s conference, it is clear to me that we are unanimously determined to make substantial progress on each of these fronts over the next year.

Indeed, changes are already underway. Under the leadership of former CSA President Rima Wilkes and Vanessa Watts, the CSA has recently established a Decolonization Committee, which met at the conference and has proposed a series of concrete steps we can take to begin the process of decolonizing sociology. These initiatives will be announced soon. Under the leadership of Augustine Park, the CSA’s Equity Subcommittee has developed a mentorship programme that prioritizes the unique needs of racialized, Black, and Indigenous graduate students. As the Chair of the Equity Subcommittee transitions to Jeff Denis, this important work will continue.

New initiatives are also called for. As I said in my letter, the CSA is standing behind the Black Canadian Studies Association as it calls for several points of action by the Federation for the Humanities and Social Sciences in response to the incident at Congress. But we also must take action within the CSA to address anti-Black racism in our organization and at our conferences. I commit to working with the Equity Committee to develop a plan for reform.

Just as the Decolonization Committee centres the voices of our Indigenous members while carrying the full support of the organization, our plan for addressing anti-Black racism must centre the perspectives and expertise of our Black members, but offer the support and resources of the CSA as a whole. So, today I cannot tell you what shape that plan will take, as gathering people together, listening and following the leadership of those most affected will be an important part of the process. However, I can promise that we will harness the outrage we felt at the anti-Black racism at our conference and commit to self-reflection, organization, and action within the CSA moving forward.

Our focus on anti-Black racism will not derail our firm commitment to decolonization. It will not prevent us from creating a conference that offers full access to people with disabilities. It will not stop us from articulating a clear anti-harassment policy at meetings, from ensuring that trans and nonbinary participants have access to washrooms, or from seeing to it that menstrual products are available for those who need them. And none of these will detract from our professional association’s commitment to supporting research excellence in Canadian sociology and promoting the research, publication and teaching of sociology in Canada.

With support and participation from our nearly 1,000 members, we can come together to move our professional association and our discipline forward toward the co-constitutive principles of equity and excellence. I challenge you to become involved in these projects so that we can make this progress together.

 

Message de la présidente,

 

Je tiens d’abord à vous souhaiter un bon été – saison du soleil, de l’air pur et des objectifs ambitieux d’écriture. J’espère que nous parviendrons tous à réaliser au moins la moitié de ce que nous avions l’intention de faire au cours des deux prochains mois avant qu’une autre année universitaire ne commence, tout en réservant du temps au repos et à la réflexion.

Notre congrès annuel de 2019 a été un grand succès à tous les égards. Nous avons accueilli 817 participants inscrits, dont 45 % d’étudiants. Nous nous sommes réunis pour apprendre, partager nos recherches et nouer des liens avec nos collègues. La beauté naturelle du campus de l’Université de la Colombie-Britannique a été mise en valeur par le beau temps, et c’était le cadre idéal pour une rencontre universitaire.

Et pourtant, le Congrès a été terni par un épisode de racisme anti-Noirs, comme je l’ai indiqué dans ma précédente lettre aux membres. Bien sûr, il ne s’agit pas d’un incident isolé. Les sociologues ont joué un rôle déterminant en associant ce genre d’incidents aux tendances plus générales des inégalités sociales. Nous avons établi le cadre théorique et compilé un ensemble concluant de preuves empiriques qui montrent clairement que l’organisation sociale de l’État colonial, notre système juridique, nos institutions et nos organisations imposent des hiérarchies croisées entre des groupes sociaux – qu’il s’agisse de la race, du genre, de la classe sociale, de l’orientation sexuelle, de l’âge et des capacités, entre autres. Les inégalités croisées que produisent ces hiérarchies placent les individus dans des situations sociales qui les rendent vulnérables à des formes particulières d’exclusion sociale, de contrôle disciplinaire et de violence.

Bien que ces hiérarchies existent sous diverses formes dans tous les contextes sociaux, dans l’ordre social contemporain du Canada, les jeunes hommes noirs forment un groupe particulièrement vulnérable à la violence de l’État. De ce fait, en tant que sociologues, nous inscrivons l’incident survenu au Congrès dans le contexte plus large d’un modèle inégalitaire qui structure nos vies en profondeur et est reproduit par nos propres actions.

Alors, que peut faire la SCS pour aller de l’avant de façon à perturber la reproduction systématique du racisme anti-Noirs? Que pouvons-nous faire pour décoloniser notre organisation et notre discipline, qui, au cours de toute son histoire, a reposé sur un ordre social colonial? Quelles interventions pouvons-nous mettre en place pour créer un congrès dans lequel les femmes ne sont pas victimes de harcèlement sexuel? Ou dans lequel les capacités ne déterminent pas l’accès et l’inclusion? En discutant avec le Comité exécutif de la SCS, à la fin du congrès de cette année, il m’a paru évident que nous sommes unanimement résolus à faire des progrès importants sur chacun de ces fronts l’an prochain.

En effet, des changements sont déjà en cours. Sous la direction de l’ancienne présidente de la SCS, Rima Wilkes et de Vanessa Watts, la SCS a récemment mis sur pied un comité de décolonisation qui s’est réuni pendant le congrès et a proposé une série de mesures concrètes que nous pouvons prendre pour amorcer le processus de décolonisation de la sociologie. Ces mesures seront bientôt annoncées. Sous la direction d’Augustine Park, le sous-comité de l’équité de la SCS a élaboré un programme de mentorat qui accorde la priorité aux besoins particuliers des étudiants diplômés racialisés, noirs et autochtones. Alors que Jeff Denis reprend la présidence du sous-comité de l’équité, ce travail important se poursuivra.

La situation appelle également d’autres mesures. Comme je l’ai précisé dans ma lettre, la SCS soutient la Black Canadien Studies Association, qui demande plusieurs axes d’intervention de la part de la Fédération des sciences humaines en réponse à l’incident survenu au congrès. Mais nous devons également prendre des mesures au sein de la SCS pour lutter contre le racisme anti- Noirs au sein de notre organisation et dans nos conférences. Je m’engage à collaborer avec le comité de l’équité pour élaborer un plan de réforme.

Tout comme le comité de décolonisation, qui a le plein appui de l’organisation, remet au centre les points de vue de nos membres autochtones, notre plan de lutte contre le racisme envers les Noirs doit non seulement placer au centre les perspectives et les compétences spécialisées de nos membres noirs, mais également offrir le soutien et les ressources de la SCS dans son ensemble. Aujourd’hui, je ne peux pas vous dire quelle forme prendra le plan, parce que rassembler les gens, écouter et suivre le leadership des personnes les plus touchées constituera un élément important du processus. Je peux toutefois vous promettre que nous mettrons à profit l’indignation que nous avons ressentie face au racisme anti-Noirs qui s’est manifesté à notre congrès et que nous nous engagerons à réfléchir, à organiser et à agir au sein de la SCS à l’avenir.

Mettre l’accent sur le racisme anti-Noir ne nous détournera pas de notre ferme engagement en faveur de la décolonisation. Cela ne nous empêchera pas de créer un congrès pleinement accessible aux personnes handicapées. Cela ne nous empêchera pas non plus d’établir une politique claire contre le harcèlement lors des réunions, de veiller à ce que les participants trans et non binaires aient accès aux toilettes, ni de veiller à ce que des produits menstruels soient à la disposition des personnes qui en ont besoin. Et rien de tout cela ne nuira à l’engagement pris par notre association professionnelle de soutenir l’excellence de la recherche en sociologie canadienne et de promouvoir la recherche, la publication et l’enseignement de la sociologie au Canada.

Avec l’appui et la participation de nos quelque 1 000 membres, nous pouvons nous unir pour faire progresser notre association professionnelle et notre discipline vers les principes co-constitutifs de l’équité et de l’excellence. Je vous mets au défi de participer à ces projets afin que nous puissions progresser ensemble.


Liste des anciens présidents de la Société