Current Issue

 

Canadian Review of Sociology
Revue canadienne de sociologie

August / Août 2015
Volume / Volume 52
Issue / Numéro 3

 

Original Articles / Articles Originaux

The Rise and Stall of Canada's Gender-Equity Revolution
Neil Guppy, Nicole Luongo241 - 265

The growing symmetry in gender roles is a revolutionary change as consequential as technological advances and globalization. We illustrate how the social world in Canada has changed for women and men over the course of the last century, both in terms of greater gender equity and of policies supporting equity. However, some of the significant changes that occurred in the last 100 years have recently stalled, while the overall progress has been uneven for certain subgroups. We suggest reasons for both the stalling and the unevenness and make policy recommendations for reigniting the march to enhanced equality between the sexes.

La symétrie croissante des rôles liés aux identités sexuelles constitue un changement révolutionnaire, dont les conséquences sont aussi puissantes que celles dues aux avancées technologiques et à la globalisation. Nous démontrons comment la sphère sociale canadienne a changé pour la femme et pour l'homme durant le dernier siècle, tant au niveau de l'égalité des sexes qu'au niveau des politiques qui soutiennent cette égalité. Toutefois, certains des changements importants qui ont eu lieu durant le dernier siècle ont connu une récente stagnation, et certains changements n'ont pas été appliqués avec le même effort dans tous les groupes sociaux. Nous proposons des explications pour cette stagnation et pour ces inégalités, tout en suggérant des améliorations politiques qui viseront à relancer la progression vers une égalité complète entre hommes et femmes.

Social Class, Economic Inequality, and the Convergence of Policy Preferences: Evidence from 24 Modern Democracies
Robert Andersen, Josh Curtis266 - 288

Using data from the World Values Survey and national-level indicators for 24 modern democracies, we assess the influence of social class and economic inequality on preferences for government responsibility. We improve on previous research by using multilevel models that account for differences in attitudes both within (i.e., over time) and across countries. Our findings are consistent with the economic self-interest hypothesis. Specifically, working class individuals, who tend to gain the most from government intervention because of their low and often more precarious economic position, are more likely than others to support government intervention. We also find a positive relationship between national-level income inequality and support for government intervention. As income inequality rises, its social ills tend to be more pervasive, resulting in public opinion becoming more supportive of governments taking responsibility for their citizens. We further demonstrate that inequality moderates the relationship between social class and attitudes. Although the effect of income inequality is positive for all social classes, attitudes across social classes become more similar as inequality rises.

Utilisant les données de World Values Survey et indicateurs de niveau national, nous évaluons l'influence de la classe sociale et l'inégalité économique sur les préférences en matière de responsabilité du gouvernement dans 24 démocraties modernes. Notre analyse se améliore sur la recherche précédente en utilisant des modèles à plusieurs niveaux qui tiennent compte des différences dans les attitudes au sein (ce est à dire, au fil du temps) et entre les pays. Nos résultats sont cohérents avec l'hypothèse d'auto- intérêt économique. Par exemple, les travailleurs - qui ont tendance à bénéficier plus quand le gouvernement intervient dans l'économie en raison de leurs faibles revenus et souvent position plus précaire - sont plus susceptibles que d'autres à un soutien responsabilité du gouvernement. Nous constatons également une relation positive entre l'inégalité des revenus au niveau national et le soutien à l'intervention du gouvernement. Comme l'inégalité des revenus se élève-et ses maux sociaux ont tendance à être plus répandue-l'opinion publique devient plus favorable des gouvernements assument la responsabilité de citoyens. Tout aussi important, cependant, nous démontrons également que la relation entre la social classe et les préférences pour la responsabilisation du gouvernement diffèrent par la quantité de l'inégalité des revenus dans un pays. Bien que l'effet de l'inégalité des revenus est positif pour toutes les classes sociales, les différences dans les attitudes de la classes sociale convergent que l'inégalité augmente.

Home Care Workers' Skills in the Context of Task Shifting: Complexities in Care Work
Rachel Barken, Margaret Denton, Jennifer Plenderleith, Isik U. Zeytinoglu, Catherine Brookman289 - 309

Task shifting, which involves the transfer of care work from regulated health-care professionals to home care workers (HCWs), is a strategy to ensure the efficient delivery of home care services in Canada and internationally. Using a feminist political economy approach, this paper explores the effects of task shifting on HCWs' skills. Task shifting may be understood as a form of downward substitution-and an effort to increase control over workers while minimizing costs-as some of health-care professionals' responsibilities are divided into simpler tasks and transferred to HCWs. Our interviews with 46 home health-care providers in Ontario, which focused explicitly on HCWs' role in care provision, problematize the belief that "low skilled" care workers have little control over their work. HCWs' skills become more complex when they do transferred tasks, and HCWs sometimes gain greater control over their work. This results in increased autonomy and mastery for many HCWs. In turn, this serves to reinforce the intrinsic rewards of care work, despite the fact that it is low paid and undervalued work.

Le transfert des tâches consiste à transférer certaines activités des professionnels de la santé aux travailleurs de soutien à domicile, et s'avère être une stratégie visant à assurer la prestation efficace des services de soutien à domicile au Canada et à l'étranger. En utilisant la théorie de l'économie politique féministe, cet article explore l'impact du transfert des tâches sur les compétences des travailleurs de soutien à domicile. Le transfert des tâches peut être interprété comme une forme de substitution à la baisse avec un contrôle accru des travailleurs et une minimisation des coûts des services. Ceci se produit lorsque certaines des responsabilités des professionnels de la santé sont fragmentées en tâches plus simples pour être ensuite transférées aux travailleurs de soutien à domicile. Pourtant, le contenu de 46 entrevues avec des travailleurs de soutien à domicile et professionnels de la santé vient ébranler l'hypothèse selon laquelle les travailleurs de soutien à domicile «peu qualifiés» auraient peu de contrôle sur leurs tâches de travail. Les résultats de cette étude suggèrent que les compétences des travailleurs de soutien à domicile se complexifient lorsqu'il s'agit de tâches transférées, et que ces travailleurs obtiennent parfois plus d'autonomie à l'emploi. Donc, les travailleurs de soutien à domicile acquièrent une plus grande autonomie et un contrôle plus significatif à l'emploi. Par conséquent, le transfert des tâches renforce les gratifications intrinsèques du travail en relation d'aide et ce, en dépit d'une piètre rémunération et de la sous-valorisation du métier.

Critical Nexus or Pluralist Discipline? Institutional Ambivalence and the Future of Canadian Sociology
Antony J. Puddephatt, Neil McLaughlin310 - 332

While some scholars believe in a transdisciplinary future for the social sciences and humanities, we argue that sociology would do well to maintain its disciplinary borders, while celebrating the plurality of its intellectual, social, and political content. Although a pluralist position can threaten disciplinary coherence and increase fragmentation, we argue the counterbalance ought to be convergence around shared institutional norms of knowledge production. Establishing these norms is not easy, since there is a great deal of institutional ambivalence at play in the field of sociology. As such, sociology is pushed and pulled between two poles of at least four major continuums of knowledge production, which include the following: (1) interdisciplinary versus discipline-based research; (2) political versus analytical scholarship; (3) professional versus public/policy sociology; and (4) local/national versus global audiences. Since both sides of these ideal-typical continuums contain their own pathologies, we propose adopting a balanced position to correct for the shortcomings of each. Rather than imposing one philosophical or theoretical paradigm for the field, we suggest that embracing the "chaos" of our diverse forms of knowledge and centralizing and integrating findings will serve to strengthen our collective efforts in the long term.

Alors que certains chercheurs croient en un avenir transdisciplinaire pour les sciences sociales et humaines, nous soutenons qu'il serait préférable pour la sociologie de maintenir ses frontières disciplinaires, tout en célébrant la pluralité de son contenu intellectuel, social, et politique. Bien qu'une telle position pluraliste puisse menacer la cohérence disciplinaire et accroître la fragmentation, nous défendons l'idée que la contre-balance doit converger vers des normes institutionnelles communes de production de connaissances. La mise en place de ces normes n'est pas chose aisée. Une large quantité d'ambivalence institutionnelle est en jeu dans le domaine de la sociologie. Ainsi nous tendons vers quatre grands continuums de production de connaissances : (1) la recherche interdisciplinaire en opposition à la recherche par discipline ; (2) une érudition politique en opposition à celle analytique ; (3) une sociologie professionnelle contre une sociologie publique / politique ; et (4) un public local / national contre un public mondial. Dans la mesure où deux côtés de ces continuums idéaux-typiques contiennent leurs pathologies propres, nous proposons d'adopter une position équilibrée pour corriger les lacunes de chacun. Ceci devrait être mieux reflété dans nos systèmes de récompense. Plutôt que d'imposer un paradigme philosophique ou théorique pour un domaine en question, nous suggérons de prendre en considération le «chaos» de nos diverses formes de connaissances, tout en centralisant et en intégrant plus efficacement nos conclusions. Ceci permettra de renforcer nos efforts collectifs sur le long terme.

Book Reviews/Comptes rendus

TOM FLANAGAN, Persona Non Grata: The Death of Free Speech in the Internet Age. Toronto: McClelland & Stewart, 2014, 248 p.
Robert M. Pike333 - 337
ANA VILLALOBOS, Motherload: Making It All Better in Insecure Times. Berkeley: University of California Press, 2014, ix-xi + 282 p, index.
Bonnie Fox338 - 341