Message from the President

(2020-2021)

 

Dear fellow members,

The year 2020 has been defined by a public health crisis that few of us have experienced before. The present crisis of COVID-19, the shadow crisis of worsening racisms, disruption of work, school, and family lives, and probable economic recession have presented Canada and countries around the world with profound and wide-ranging challenges.

The year 2020 has been further defined by the brutal police killing of George Floyd in the US, captured on videos by eyewitnesses. In Canada, Regis Korchinski-Paquet and D’Andre Campbell lost their lives in encounters with law enforcement in the past few months. These tragic deaths bring into the spotlight systemic racism targeting Black communities, enduring and widespread patterns of racial profiling, and excessive use of force by the police. They focused society’s attention on the Black Lives Matter movement and sparked global protests against anti-Black racism in law enforcement and other institutions, including academia.

The recent police killing of Chantel Moore and RCMP officers’ assault on Chief Allan Adam also drew national attention to the on-going pattern of violence against Indigenous peoples. We are reminded that one year after the National Inquiry into Missing and Murdered Indigenous Women and Girls released its report and recommendations, there is still no national action plan to stop the settler-colonial violence. As Indigenous and Black activists and scholars have urged, we need to act in solidarity to press for action to end violence and killing of Black and Indigenous peoples.

The fight against the COVID-19 and the protests against systemic racism teach us the same lessons: Vulnerabilities experienced by some, no matter how Other-ed they are imagined to be, affect us all. As long as the COVID-19 virus is present anywhere, it is a potential threat to everyone in Canada and elsewhere; as long as colonialism and racism are present anywhere, they are a threat to the well-being of our society.

The COVID-19 pandemic and the protests against anti-Black racism are sobering reminders about societal patterns, structured inequalities, systemic racism, the easy descent to racist scapegoating and hate amid a crisis (e.g. the characterizing of the COVID-19 pandemic as caused by the “Chinese virus”), disparities in infection and fatality, co-dependence and connectedness, and the need for robust public actions to improve the well-being of all Canadians. Sociologists are called upon to contribute their expertise to measure, document, understand, and explain structural patterns of our society and to inform policy-making and social transformations.

This year has been stressful for all of our members. Our working conditions have changed drastically as we navigate through these worrying, uncertain, disrupted times, adapt to remote teaching and learning, respond to calls for urgently needed research and community engagement, juggle homeschooling and work, worry about our loved ones and ourselves, and cope with isolation. These burdens are unevenly distributed along social divisions related to Indigeneity, race and ethnicity, gender and sexuality, class, age, disability and mental illness. I especially want to note that students and faculty who are part of Black, Indigenous, and other racialized communities have to shoulder extra, taxing burdens in order to organize actions of protest and to educate.

In this context, it is remarkable how many activities have been undertaken by various teams in the Association, with the unfailing support from our Executive Director Sherry Fox:

  • The pilot year of the Mentorship Program for Black, Indigenous, and Racialized Graduate Students, a joint initiative of the Equity Subcommittee and Student Concerns Subcommittee, was a great success. Ten matches of mentees/mentors participated in the program. Participants validated the need for the program and recommended expansion. The final report will be presented to the Executive Committee shortly.

  • The Student Concerns Subcommittee organized a professional development webinar series for students. From January to June 2020, a total of nine sessions were organized and all received excellent feedback.

  • Several research clusters - Animals in Society, Race and Ethnicity, Social Theory, Sociology of Culture, Work, Professions, and Occupations - hosted virtual meetings and sessions

  • A new award – the French Publication Award - will be launched in the Fall: Prix d'excellence en sociologie de langue française 

  • We have updated some website resources and circulated them to departments: Equity and Indigeneity and Sociology

  • We have expanded the membership registration and renewal form. The form has been redesigned to give members the option to self-identify for equity purposes. We will use data collected to improve programs and services to reflect the diversity of the membership and to ensure equitable representation within the governing bodies of the CSA.

  • The Anti-Black Racism ad hoc committee has been facilitating discussions about community building and Black organizing in the Canadian academia to address issues of systemic anti-Black racism in our Association, in the discipline of sociology, and in Canadian society.

  • The COVID-19 Pandemic ad hoc subcommittee was established to look into ways of providing resources to help sociologists navigate new challenges posed by the pandemic and to facilitate research and teaching activities related to COVID-19.

 

Over the summer, we will form the conference program committee to start planning for 2021. Although the 2020 conference on “Resisting Racism and Colonialism” was cancelled, it is being carried over to the 2021 meeting. It will be an opportunity for us to collectively examine colonialism and racism, which have been further revealed and exacerbated by the pandemic.

Past President Tina Fetner spearheaded numerous important equity initiatives in the last year. I am committed to continuing and expanding these. I count on the support and participation from all of our members. I feel energized by the challenges and opportunities thrust upon us by this difficult time. I hope you feel the same.

I wish you a safe and enjoyable summer!

 
If you have any questions about any of the work that the CSA is doing on your behalf, please contact our office.

List of Presidents

Association Executive Committee and Subcommittees

 

 

Xiaobei ChenXiaobei Chen, Université de Carleton

2020-2021

 

Chers collègues,

L’année 2020 a été marquée par une crise de santé publique que peu d’entre nous ont connue auparavant. La crise actuelle de la COVID-19, la crise - en parallèle - de l’aggravation du racisme, l’interruption du travail, de l’école et de la vie familiale, et la probable récession économique ont posé au Canada et aux pays du monde entier des défis considérables et de grande envergure.

L’année 2020 a également été marquée par l’assassinat brutal de George Floyd par la police aux États-Unis, assassinat filmé par des témoins oculaires. Au Canada, Regis Korchinski-Paquet et D’Andre Campbell ont perdu la vie lors de confrontations avec les forces de l’ordre au cours des derniers mois. Ces décès tragiques mettent en lumière le racisme systémique qui cible les communautés noires, les modèles durables et répandus de profilage racial et l’usage excessif de la force par la police. Ils ont attiré l’attention de la société sur le mouvement Black Lives Matter et ont déclenché des protestations mondiales contre le racisme anti-Noirs qui prévaut au sein des forces de l’ordre et de diverses institutions, notamment universitaires.

Le récent assassinat de Chantel Moore par la police et l’agression du chef Allan Adam par des agents de la GRC ont également attiré l’attention nationale sur la nature persistante de la violence à l’encontre des peuples autochtones. On nous rappelle qu’un an après la publication du rapport sur l’enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées et des recommandations qui s’y rattachent, il n’existe toujours pas de plan d’action national pour mettre fin à la violence coloniale. Comme l’ont instamment demandé les militants et les universitaires autochtones et noirs, nous devons agir en solidarité pour exercer des pressions en vue de mettre fin à la violence et aux meurtres dont sont victimes les personnes noires et autochtones.

La lutte contre la COVID-19 et les protestations contre le racisme systémique nous enseignent les mêmes leçons : les vulnérabilités vécues par certains, peu importe la nature de l’exclusion envisagée, nous affectent tous. Tant que le virus de la COVID-19 est présent à quelque endroit que ce soit, il constitue une menace potentielle pour tout le monde au Canada et ailleurs ; tant que le colonialisme et le racisme sont présents à quelque endroit que ce soit, ils constituent une menace pour le bien-être de notre société. 

La pandémie de la COVID-19 et les protestations contre le racisme anti-Noirs constituent des rappels qui donnent à réfléchir sur les schémas sociétaux, les structures d’inégalités, le racisme systémique, la facilité vers la quête de boucs émissaires et la haine raciste en pleine crise (par exemple, en qualifiant la pandémie de COVID-19 de "virus chinois"), les disparités en matière d’infection et de mortalité, la codépendance et la connectivité, et la nécessité de prendre de solides mesures publiques pour améliorer le bien-être de tous les Canadiens. Les sociologues sont appelés à apporter leur expertise pour mesurer, documenter, comprendre et expliquer les modèles structurels de notre société et pour éclairer l’élaboration des politiques et les transformations sociales.

Tous nos membres ont vécu une année stressante. Nos conditions de travail ont radicalement changé alors que nous traversons cette période inquiétante, incertaine et mouvementée, que nous nous adaptons à l’enseignement et à l’apprentissage à distance, que nous répondons aux appels en faveur de la recherche et de l’engagement communautaire dont nous avons un besoin pressant, que nous jonglons avec l’école à la maison et le travail, que nous nous inquiétons pour nos proches et nous-mêmes et que nous faisons face à l’isolement. Ces charges sont inégalement réparties au sein des divisions sociales liées à l’indigénéité, la race et l’ethnicité, le genre et la sexualité, la classe sociale, l’âge, le handicap et la maladie mentale. Je tiens particulièrement à souligner que les étudiants et les professeurs qui font partie des communautés noires, autochtones et des autres communautés racialisées doivent supporter des charges supplémentaires et fiscales afin d’organiser des actions de protestation et de sensibilisation.

Dans ce contexte, il est remarquable de constater le nombre d’activités entreprises par les différentes équipes de la Société, avec le soutien indéfectible de notre directrice générale Sherry Fox :  

  • L’année pilote du programme de mentorat pour les étudiants diplômés noirs, autochtones et racialisés, une initiative conjointe du sous-comité sur l’équité et du sous-comité sur les préoccupations des étudiants, a été un grand succès. Dix jumelages de mentorés/mentors ont été réalisés dans le cadre du programme. Les participants ont validé la nécessité du programme et ont recommandé sa prolongation. Le rapport final sera présenté sous peu au Comité exécutif.

  • Le sous-comité sur les préoccupations des étudiants a organisé une série de webinaires sur le perfectionnement professionnel à l’intention des étudiants. De janvier à juin 2020, neuf sessions au total ont été organisées et toutes ont fait l’objet de commentaires très positifs.

  • Plusieurs groupes de recherche - Animaux dans la société, Race et ethnicité, Théorie sociale, Sociologie de la culture, Travail, professions et métiers - ont organisé des réunions et des sessions virtuelles.

  • - Un nouveau prix sera lancé à l’automne : Prix d’excellence en sociologie de langue française

  • Nous avons mis à jour certaines ressources du site web et les avons communiquées aux départements : Équité et Indigénéité et Sociologie

  • - Nous avons étoffé le formulaire d’inscription et de renouvellement de l’adhésion. Le formulaire a été remanié pour donner aux membres la possibilité de s’identifier à des fins d’équité. Nous utiliserons les données recueillies pour améliorer les programmes et les services afin de refléter la diversité des membres et d’assurer une représentation équitable au sein des organes directeurs de la SCS.

  • Le comité ad hoc sur le racisme anti-Noirs a facilité les discussions sur le renforcement de la communauté et l’organisation des Noirs dans le milieu universitaire canadien afin d’aborder les questions de racisme systémique anti-Noirs dans notre association, dans la discipline de la sociologie et au sein de la société canadienne.  

  • Le sous-comité ad hoc sur la pandémie de la COVID-19 a été créé pour étudier les moyens de fournir des ressources afin d’aider les sociologues à relever les nouveaux défis posés par la pandémie et de faciliter les activités de recherche et d’enseignement liées à la COVID-19.  

 

Au cours de l’été, nous formerons le comité de planification de la conférence afin de commencer à planifier la conférence pour 2021. Bien que la conférence de 2020 intitulée « Combattre le racisme et le colonialisme » ait été annulée, elle est reportée à la rencontre de 2021. Ce sera l’occasion pour nous d’examiner collectivement le colonialisme et le racisme, fléaux que la pandémie a révélés et aggravés.

L’ancienne présidente Tina Fetner a été le fer de lance de nombreuses initiatives importantes en matière d’équité au cours de l’année écoulée. Je m’engage à poursuivre et à approfondir ces initiatives. Je compte sur le soutien et la participation de tous nos membres. Je suis motivée par les défis et les opportunités qui nous sont proposés en cette période difficile. J’espère que vous ressentez la même chose.

Je vous souhaite un été plaisant et exempt de dangers!

Si vous avez des questions sur le travail effectué par la Société, n’hésitez pas à contacter notre bureau.

Liste complète des présidents historiques

Comité exécutif